Le ‘non-jeu’ : une pratique à interroger, par Rémi Cayatte

Cet article est l’acte de ma communication au colloque Entre le jeu et le joueur : écarts et médiations s’étant tenu à liège du 25 au 27 octobre 2018

Résumé : 

L’objet de cette communication est de se pencher sur une pratique de jeu « paradoxale », caractérisée par un refus du contrat ludique. J’entends par là les utilisateurs qui, en plus de ne pas « jouer le jeu », ne jouent tout simplement pas au jeu, et qui remettent ainsi en question la possibilité même de médiation entre utilisateurs et systèmes de jeu. Se pencher sur ces « manières de faire » (De Certeau, 1980 : XL) qui sortent du cadre logiquement prescrit par l’activité jeu (vidéo) nous permettra d’interroger les façons d’envisager le joueur en sciences du jeu. Résistant de fait à toute typologies du joueur, ces utilisateurs qui ne sont ni (anti-)« modèles » (Genvo, 2008), ni « transgressifs » (Aarseth, 2007), « subversifs » ou « disruptifs » (Tanenbaum, 2013) restent à définir.

 

L’enjeu premier de cette communication sera ainsi de déterminer si ces pratiques, qui sans remettre en question le jeu au sens d’activité reconnue comme tel par un groupe (Henriot, 1969 : 21) sont incompatibles avec l’idée « l’attitude ludique » (Ibid), peuvent être considérée comme du jeu ou non, et si oui, selon quelles modalités. Ceci permettra dans un second temps de questionner l’utilisation même du terme « jeu » (play) pour décrire l’utilisation de jeux vidéo.

 

Mots-clés :
Non-jeu ; game vs. play ; attitude ludique ; utilisateurs (anti)modèles ; joueurs comme auteurs

 

Référence bibliographique de l’article : Cayatte, R., 2018, « Le ‘non-jeu’ : une pratique à interroger », communication au colloque Entre le jeu et le joueur : écarts et médiations, Liège, 26 octobre, en ligne : http://www.expressivegame.com

 

Télécharger l’article