Le projet

Malgré les enjeux sociaux, économiques, scientifiques des recherches sur les jeux vidéo en sciences humaines, il faut souligner qu’à l’heure actuelle peu de lieux académiques sont dédiés à l’étude des contenus et pratiques vidéoludiques, alors que de nombreuses initiatives sont actuellement menées en ce sens dans un nombre croissant d’universités étrangères (Université de Montréal, Université de New York, Georgia Institute of Technology, MIT…). La plateforme Expressive game lab répond à ce manque. Mis en œuvre à partir de novembre 2014 à travers la collaboration conjointe de deux laboratoires lorrains de recherche – le Centre de recherche sur les médiations et le Laboratoire Lorrain de recherche en informatique et ses applications –, ce lieu vise à fournir un équipement permettant d’étudier les facteurs renforçant l’engagement et la compréhension de l’utilisateur au sein de jeux vidéo dits « expressifs », qu’il s’agira de recenser dans l’histoire de cette industrie. Il s’agit d’identifier des jeux incitant les joueurs à explorer et à comprendre des problématiques sociales, culturelles, psychologiques, relatives à un individu, un groupe d’individus ou une communauté.

Pour ce faire, plusieurs axes de travail structureront les travaux de recherche : analyses de contenus de jeux récents et anciens, pour comprendre ce qui fait du jeu vidéo une forme d’expression spécifique / analyse de réceptions et d’usages au sein de différents publics / initiatives de recherche – création au cours de « game jam » visant au développement de jeux expérimentaux (en lien avec des entreprises locales) / valorisation internationale des résultats à travers des manifestations scientifiques et professionnelles.

L’expressive gamelab vise aussi à créer des opportunités pédagogiques et de recherche au sein de plusieurs formations de l’université de Lorraine, notamment au sein du Master « Information et Communication » et du Master « Sciences cognitives et ses applications ». Le projet permettra de faire participer les étudiants à ces actions de recherche par l’intermédiaire de projets tuteurés et de stages. Un enjeu fort est donc également d’attirer et de former des étudiants qui pourront constituer un vivier de compétences sur le thème.